• Accueil
  • > Archives pour février 2013

Dites au recteur de l’Unikin que c’est possible : « un étudiant, un ordinateur »

Posté par mediatic le 14 février 2013

Dites au recteur de l’Unikin que c’est possible : « un étudiant, un ordinateur » dans News etudiant-et-ordinateurLe titre de cet article publié sur le site de la Banque Mondiale m’a tapé à l’œil : « Sénégal : un ordinateur pour chaque étudiant ». Un peu comme dans le meilleur des mondes, si on considère nos réalités du tiers-monde. Je me suis donc empressé de le lire pour en savoir plus sur ce qui peut apparaître comme un conte de Noel.

De quoi s’agit-il ? L’université Cheikh Anta Diop a signé le 16 janvier 2013 un  « contrat de performance » (CDP) avec le ministère de l’Enseignement supérieur du Sénégal qui devrait permettre aux étudiants d’acquérir un ordinateur personnel à bas coût, peut-on lire. Il s’agit d’un programme du gouvernement sénégalais qui bénéficie de l’implication d’une banque commerciale africaine, Ecobank, et deux compagnies internationales – Samsung et Intel – avec le soutien de la Banque mondiale. « Ainsi, l’étudiant pourra payer son ordinateur en une fois ou en étalant les paiements sur 12 mois (les mensualités seront de 10 à 16 dollars, selon le modèle) à un prix bien inférieur à celui du marché grâce à une subvention du Fonds de solidarité numérique du Sénégal et de la Banque mondiale, tout en bénéficiant de garanties d’assistance en cas de problèmes techniques ».

J’imagine la joie des étudiants congolais si on leur disait que ce genre de programme existait chez nous. Ce qui n’est pas le cas. Comme au Sénégal, les ordinateurs sont rares dans les auditoires. Et comme leurs copains sénégalais, les étudiants congolais vivent au 21ème siècle et rêvent d’utiliser cet outil pour leur apprentissage.

Quelqu’un peut-il souffler au recteur de l’Université de Kinshasa que ce programme existe et que ses étudiants peuvent en bénéficier ? Mais en fait, il n’est pas ici question d’un arrangement entre une institution universitaire et la Banque Mondiale. Il s’agit d’un programme gouvernemental à grande échelle. « Ainsi, chacune des cinq universités du Sénégal (Dakar, Saint-Louis, Thiès, Bambey et Ziguinchor) aura son propre CDP pour un montant global de 43 millions de dollars. De plus, ce projet va contribuer à renforcer et moderniser la gouvernance du secteur, réhabiliter et développer les infrastructures universitaires (bâtiments et technologies de l’information et de la communication) et permettre la construction d’une toute nouvelle université à Dakar », explique l’article.

On voit l’ampleur du projet. C’est donc au ministre de l’Enseignement Supérieur et Universitaire qu’il faut souffler cette info. A moins qu’il l’ait déjà ou qu’il ait un programme similaire. Bon, on ira se renseigner.

Clique ici pour lire l’article http://www.banquemondiale.org/fr/news/feature/2013/02/05/support-for-higher-education-in-senegal-a-computer-for-every-student

Publié dans News | 1 Commentaire »

Après Facebook, Twitter, Instagram, voici Reddit

Posté par mediatic le 13 février 2013

Après Facebook, Twitter, Instagram, voici Reddit dans News capture-site-reddit1Les Etats-Unis continuent décidément à détenir la première place en terme d’innovations à succès dans le monde des TIC, singulièrement celui
des réseaux sociaux. Facebook et Twitter, les plus en vogue d’entre eux à l’échelle mondiale sont nés dans ce pays et y ont fait leurs preuves avant de se répandre sur l’ensemble de la planète.

Alors qu’ils n’ont pas encore fini leur expansion, voilà un autre nouveau venu qui s’annonce : Reddit. Wikipedia le présente comme « un site web communautaire de social bookmarking permettant aux utilisateurs de soumettre leurs liens et de voter pour les liens proposés par les autres
utilisateurs. Ainsi, les liens les plus appréciés du moment se trouvent affichés en page d’accueil ».

Son nom ne dit peut-être pas encore grand-chose à la majorité des consommateurs du net à travers le monde.  Mais il semble promis à bel avenir planétaire. Déjà aux Etats-Unis, Reddit attire du beau monde. « Après Barack Obama pendant la campagne présidentielle américaine ou encore le rockeur Dave Grohl le week-end dernier, le site communautaire Reddit a accueilli cette semaine un nouvel invité de marque: Bill Gates, cofondateur de Microsoft », lit-on sur 20minutes.fr.On ne peut pas trouver meilleur argument marketing.

Mais, que fait-on exactement sur Reddit ? « Les membres du site peuvent lancer un sujet autour d’un thème, poser des questions ou encore soumettre des liens vers des photos, vidéos ou articles. Un système avec des flèches vers le haut et vers le bas permet aux utilisateurs de voter pour les contenus qu’ils apprécient. La page d’accueil du site affiche ainsi les discussions les plus populaires. Les contenus publiés sur Reddit sont publics. Tout le monde peut y avoir accès. En revanche, si vous souhaitez participer aux discussions ou aux votes, il faudra vous créer un compte (gratuit). Le site vous demande de choisir un nom d’utilisateur et un mot de passe et le tour est joué. Il n’est pas nécessaire de fournir une adresse e-mail. Posséder un compte sur le site permet par ailleurs d’organiser sa page d’accueil, qui pourra être personnalisée en fonction de ses centres d’intérêts », explique 20minutes.fr.

Le concept a déjà trouvé son public. Reddit comptait le mois dernier 56 millions de visiteurs uniques de 178 pays. En 2012, il avait recensé 30 millions de posts, 400 millions de visiteurs uniques, et 37 milliards de pages vues. S’il réunissait beaucoup les plus «geeks» au départ, le site, créé en 2005, a considérablement élargi son audience ces dernières années. Petit bémol pour ceux qui sont fâchés avec les langues étrangères: la majorité des
utilisateurs étant anglophones, les échanges se font dans la langue de Shakespeare.

 Comme toutes ces nouveautés qui nous viennent des States, préparez-vous à affronter Reddit. Sauf que, pour le moment, c’est seulement en anglais qu’on y échange.

Publié dans News | Pas de Commentaire »

Phablette, vous connaissez ?

Posté par mediatic le 6 février 2013

Phablette, vous connaissez ? dans News 011513phablets_512x288-300x168On n’a pas encore beaucoup entendu parler d’elles ici chez-nous. Pourtant, c’est la nouvelle tendance dans les grandes places de l’industrie numérique, à en croire le Wall Street Journal. Finie l’époque des téléphones portables de plus en plus miniaturisés, qu’on enfonce facilement dans la poche. Il faudra développer de nouvelles habitudes pour gérer nos nouveaux téléphones portables  XXL . Phablette – une contraction de phone et de tablette – est le nom donné à cette nouvelle catégorie de portables, plus grands qu’un smartphone, mais n’atteignant pas la taille d’une tablette.

Tous les majors du secteur s’y sont mis. Le Samsung Galaxy II, par exemple, est environ 75% plus grand que l’iPhone original. La semaine dernière, le chinois Huawei a fait monter les enchères en introduisant ce qu’il présente comme un smartphone avec le plus grand écran au monde. Avec son écran de 6.1 pouces, mesurée en diagonale, Mate Ascend a plus que doublé la surface de l’iPhone original introduit en 2007, note le WSJ.

Il faut dire qu’avec toutes les possibilités qui s’offrent à tous ces nouveaux smartphones qui débarquent sur le marché – visionner des vidéos ou surfer sur internet – un écran de plus grande taille est plus que préférable.  Il nous faudra donc développer de nouvelles habitudes, avec des téléphones qui ne tiendront plus dans une main, qui ne seront plus manipulables avec un seul  et qui ne rentreront plus dans les poches. Mais, comme on le dit, on ne peut pas tout avoir, le confort lors de l’usage et la facilité de rangement.

Mais cela, c’est une autre histoire. Allez, à vos phablettes…

Publié dans News | Pas de Commentaire »

Comment nous exposons nos sources d’information

Posté par mediatic le 5 février 2013

Comment nous exposons nos sources d'information dans News ecoutes-208x300C’est une règle sacrée dans la profession : un journaliste ne révèle jamais ses sources, même sous l’effet de la contrainte. Certains ont même accepté de faire de la prison plutôt que de céder. Mais il arrive que le journaliste laisse des indices grâce auxquels il est possible de remonter jusqu’à ses sources. C’est encore plus vrai du fait de l’usage des technologies de l’information et de la communication.

C’est la thèse soutenue par Jean-Marc Manach, expert en cybercriminalité, dans le post « Comment ne pas être cyberespionné », publié sur son blog spécialisé http://bugbrother.blog.lemonde.fr. « Les journalistes mettent leurs sources en danger s’ils ne sécurisent pas leurs données, et télécommunications. La protection des sources ne peut pas se résumer au fait d’affirmer que jamais l’on ne donnera le nom de ses informateurs, même devant la Justice. Encore faut-il que leurs noms ne figurent pas, en clair, dans leurs ordinateurs, ou téléphones portables… », note-t-il.

Son billet a été inspiré par le piratage récent dont ont été victimes des grands noms de la presse américaine comme le New York Times, le Wall Street Journal… Si ces véritables institutions, qui disposent pourtant de politiques de protection de leurs bases de données ont fait les frais de hackers, qu’en serait-il des petites rédactions, dont celles de notre pays. Dans l’attaque dont il a été victime, le New York Times a révélé que l’ensemble des mots de passe de ses employés du journal avaient été dérobés par des pirates informatiques particulièrement chevronnés. Vous imaginez le désastre ! Les cyber-pirates ont donc eu le temps de se promener dans les bases de données, de lire et même de copier des documents, de découvrir l’identité de sources d’information dans des affaires sensibles. Avec de possibles conséquences graves pour de nombreuses personnes à travers le monde.

Comment se protéger

Avec nos faibles moyens, nos rédactions ne peuvent se payer le luxe de mettre en place de grandes politiques de défense contre la cybercriminalité. Mais il ne s’agit pas que d’argent. Il s’agit d’abord d’une prise de conscience. Nous nous croyons peut-être en marge du monde mais nous ne sommes pas à l’abri. Et c’est lorsque des situations graves surviennent que nous nous rendons compte que cela n’arrive pas qu’aux autres.

Avec un peu d’ingéniosité, et sans dépenser grand-chose, il est possible de poser les premiers verrous contre la cybercriminalité. « S’il est impossible d’empêcher les attaques d’arriver (…) il est possible de faire beaucoup mieux qu’actuellement, en instaurant de bons process, en ayant une bonne hygiène du mot de passe et des règles de bases de la sécurité informatique, de sorte d’avoir les bons réflexes », recommande Jean-Marc Manach. Nous ne sommes sans doute pas les personnes les mieux outillées du monde face à cette problématique de la cybercriminalité mais nous avons l’obligation de nous confier aux experts qui peuvent nous aider à nous mettre à l’abri. Et si « les écoles de journalisme enseignent des rudiments de droit à leurs étudiants, elles feraient bien, également, de leur inculquer les bases de la sécurité informatique… », estime avec raison notre expert.

Publié dans News | Pas de Commentaire »

12
 

blogbladi |
sofianelebossdu0120041995 |
LA GUILDE DES RIRES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rachida & Houria Hammadi
| magali10
| boumerdes