• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 11 septembre 2012

Huawei, un espion du gouvernement chinois ?

Posté par mediatic le 11 septembre 2012

Huawei, un espion du gouvernement chinois ? dans News Huawei-300x225

Le ministre congolais des PT-NTIC encadré par les responsables du centre Huawei à Kinshasa

En mai dernier, le président de la République, Joseph Kabila a inauguré le Centre Régional de formation sur les télécommunications construit par Huawei à Kinshasa. Le géant chinois de l’équipement des télécommunications s’ancre ainsi durablement dans la région de l’Afrique centrale où il a déjà déployé ses tentacules. C’est lui, par exemple, qui a fourni les équipements du réseau à fibre optique congolais. Il est aussi cité dans le projet de mise en place d’un intranet pour le gouvernement.

Alors, lorsque j’ai lu cet article du quotidien français Le monde sur des accusations d’espionnage qui pèsent sur Huawei au profit du gouvernement chinois, j’ai sursauté. De quoi s’agit-il ? En France, en Grande-Bretagne ou aux Etats-Unis, des voix s’élèvent pour dénoncer le fait que Huawei, entreprise aux capitaux gouvernementaux, aiderait le gouvernement chinois à espionner les autres pays.

Mesures de précaution

En France, la crainte que provoque la nationalité des équipementiers chinois Huawei et ZTE est très vive. Dans un rapport sur les capacités françaises de cyberdéfense, le sénateur du Haut-Rhin, Jean-Marie Bockel, recommande de supprimer les routeurs chinois des réseaux français.

Aux Etats-Unis, la commission d’enquête parlementaire sur l’espionnage a ouvert un dossier visant les deux géants Huawei et ZTE, sur l’éventuelle menace que poserait le matériel de l’entreprise. Les Etats-Unis interrogent Huawei sur d’éventuels financements ou la manière dont sont nommés les membres du conseil d’entreprise, parmi 11 pages de questions sur l’entreprise.

Bien évidemment, la société incriminée se défend. En faisant remarquer que compte tenu de la place qu’elle occupe aujourd’hui sur le marché des équipements, ce serait suicidaire pour elle d’avoir ce que les Congolais ont l’habitude d’appeler des « agendas cachés ». Dans une enquête menée par le site américain CNet, Chen Lifang, vice-présidente d’Huawei, répond qu’aider le gouvernement chinois à espionner les autres pays serait un suicide commercial.

 Guerre économique

Les critiques contre Huawei pourraient aussi être un stratagème monté par ses concurrents. En l’espace de quelques années, cet équipementier est entré au cœur des réseaux des principaux opérateurs mondiaux, fait remarquer Le Monde. Ses équipements sont en général beaucoup moins chers que les principaux compétiteurs occidentaux comme Alcatel-Lucent ou Ericsson ». Son chiffre d’affaires global a atteint 25 milliards d’euros en 2011.

Leçons pour les petits de ce monde

A voir comment les pays les plus puissants – qui disposent pourtant d’importants moyens pour assurer leur cybersécurité – il y a lieu de s’interroger pour les pays comme le nôtre. Huawei – favorisé par les relations privilégiées entre la RDC et la Chine – occupe dans notre pays une place de plus en plus croissante dans la fourniture des équipements. Aussi bien pour les institutions publiques que les privés. Or, la RDC ne dispose d’aucun moyen pour vérifier, à son niveau, si les accusations pourraient être vraies. Pas plus que le pays ne se protège comme il se doit contre la cybercriminalité. Il est temps que le législateur vote une loi sur les technologies de l’information et de la communication, qui prendra en compte la problématique de la cybersécurité.

 

 

 

Publié dans News | Pas de Commentaire »

 

blogbladi |
sofianelebossdu0120041995 |
LA GUILDE DES RIRES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rachida & Houria Hammadi
| magali10
| boumerdes