• Accueil
  • > Archives pour le Mardi 10 novembre 2009

« La généralisation du cours d’informatique appelle une faveur douanière aux importateurs d’ordinateurs »

Posté par mediatic le 10 novembre 2009

Ecoliers africains et internet

Cet article publié dans L’Avenir de ce matin, je  l’ai trouvé intéressant et j’ai pensé à le partager avec vous. Il présente une évaluation de la progression des TIC vue par le responsable d’une école de Kinshasa. Instructif.

Préfet Adolphe Mbuyi du CS. Kantu suggère : « La généralisation du cours d’informatique appelle une faveur douanière aux importateurs d’ordinateurs »   

« A l’heure de la mondialisation, la connaissance de l’informatique est une exigence. C’est à juste titre que le complexe scolaire Kantu s’est organisé de manière à se doter d’une salle des machines à cet effet. Si l’on ne généralise pas ce cours, le complexe d’infériorité envers l’homme blanc demeure.  Or, nous devons travailler à bannir ce complexe, à partir de chez nous au pays. Il importe pour cela que le gouvernement mette du sien. Qu’il adopte donc une politique douanière de faveur aux importateurs d’ordinateurs. Que l’Etat fasse en sorte que ces derniers soient en bon terme avec l’Office des douanes et accises, Ofida qui s’occupe des entrées et des sorties de marchandises ». 

Cette déclaration, le préfet du Complexe scolaire Kantu l’a faite hier à l’école, sur Boulevard Sendwe à Kalamu. L’entretien a porté sur le « Quid de la généralisation du cours d’informatique ». Le préfet adolphe Mbuyi Lukusa a témoigné en effet, que son école dispensait déjà ce cours avant même que cela ne soit inscrit dans le programme national. Des experts de la question au service de l’Enseignement primaire, secondaire et professionnel (Epsp) se sont penchés sur la question en atelier. Cinq ans plus tard, il s’observe que le gouvernement aurait compris la nécessité de passer à la vitesse supérieure. 

« Ici, nous avons la théorie et la pratique. Et ce cours figure dans le programme depuis la maternelle. Là, il n’est prévu que pratique. Nous sommes entrain d’examiner comment, à travers une politique de partenariat, l’école peut acquérir d’autres machines. Le Congo est un pays riche. Nous devons arriver à un niveau où, comme cela s’effectue en Europe, l’enfant se familiarise avec l’ordinateur avant même qu’il n’aille à l’école. A ce jour, beaucoup d’écoles ont compris que l’outil informatique est devenu un instrument fort de campagne, pour avoir un nombre élevé d’élèves », a-t-il relevé. 

Entre 2000 et 2015, l’humanité est à mi-chemin de l’échéance fixée par les Nations Unies s’agissant des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD), dont notamment l’ « Education Pour Tous ». Le système éducatif congolais, il y a lieu de le rappeler, a loupé le train de la bibliothèque scolaire. L’on ne serait pas étonné que des efforts soient envisagés, dans le souci de sauver les meubles, s’agissant notamment de la généralisation du cours d’informatique. 

L’orateur est d’avis que la généralisation du cours d’informatique ne peut être évoqué sans que le gouvernement ne soit utilement appelé à ses obligations. « Que le gouvernement pense à mettre des moyens pour que l’on parvienne effectivement à la généralisation du cours d’informatique. Si nous parlons du développement du pays, il convient de voir aussi le développement intellectuel de l’enfant, en passant par l’outil informatique.(…) Devenu drôlement un système dans le cadre de la fourniture du courant électrique, le délestage nous dérange et nous décourage parfois. Mais hélas, nous ne voulons pas nous retrouver bloqués pour cela ».

Payne. In L’Avenir du 10 novembre 2009 

Publié dans News | Pas de Commentaire »

 

blogbladi |
sofianelebossdu0120041995 |
LA GUILDE DES RIRES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rachida & Houria Hammadi
| magali10
| boumerdes