• Accueil
  • > News
  • > Microsoft investit « enfin » le chantier congolais

Microsoft investit « enfin » le chantier congolais

Posté par mediatic le 25 mars 2009

yav.jpg

Enfin. C’est le mot. Après plusieurs années de « politique indirecte », Microsoft a décidé de s’installer officiellement en République Démocratique du Congo. Il était temps, estiment les connaisseurs congolais du monde informatique et autres consommateurs des technologies de l’information et de la communication (TIC) qui étaient froissés dans leur amour-propre de voir leur pays, malgré sa position stratégique au cœur de l’Afrique et son énorme marché potentiel de 60 millions d’habitants, figurer sur les listes annexes du la multinationale informatique. Alors que des pays comme le Sénégal,
la Cote d’Ivoire ou le Cameroun bénéficiaient de « traitements de faveur ».

 Cette situation va peut-être bientôt relever du passé avec la nomination, au niveau de Microsoft, d’un directeur-pays ayant en charge les deux Congo. M. Manya K. Yav a le double avantage d’être un natif de
la RDC mais aussi d’avoir supervisé les programmes de l’entreprise au niveau de plusieurs pays du continent. Il arrive en RDC en connaissant tous les défis auxquels son entreprise aura à faire face, au regard des réalités particulières du Congo d’aujourd’hui. Notamment une législation inadaptée – ou inexistante – en matière des TIC, un environnement socioéconomique un peu trop fluctuant, une volonté politique pas encore assez évidente… En bref, une visibilité peu satisfaisante. Ce sont d’ailleurs, visiblement, ces réalités particulières qui n’ont pas, pendant toutes ces années, motivé sa multinationale à s’installer sur place. Ont-elles sensiblement changé au point d’encourager la direction à lever une nouvelle option. Manya Yav estime qu’il y a eu quelques évolutions. Mais, surtout, ce sont les challenges futurs qui le motivent. 

Pour prendre la mesure des enjeux, il a déjà fait le tour de Kinshasa pour faire un état des lieux, mesurer les besoins, évaluer les opportunités. Il a visité des institutions d’enseignement et s’est entretenu avec des officiels, dont le ministre de l’Enseignement Primaire, Secondaire et Professionnel (EPSP) qui sera l’un des interlocuteurs privilégiés de Microsoft dans l’implimentation de son programme. Parce que, comme le fait remarquer Aminata Sow, directrice Marketing pour Microsoft Afrique de l’Ouest et du Centre, l’entreprise ne fait pas que des affaires. Elle dispose aussi d’un ambitieux programme d’appui à la promotion des technologies de l’information et de la communication. Un aspect assez méconnu en RDC, reconnaît-elle, mais qui constituera un des socles de l’action future du bureau de Kinshasa. Déjà, en avril prochain interviendra la signature de l’accord-cadre avec le gouvernement, document qui définira les modalités d’action de Microsoft dans ce domaine. 

Un immense chantier 

Du travail, il va y en avoir. Pour donner un chiffre, environ 85% des produits Microsoft utilisés en RDC sont des pirates, a fait remarquer Manya Yav. En plus, la marge de progression est immense si on tient compte du fait que, selon les statistiques fournies par l’Union Internationale des Télécommunication (UIT), moins de 2% des Congolais ont accès à l’ordinateur. Un immense marché à conquérir. D’autre part, il faut aider les clients à optimiser l’usage des produits Microsoft dont ils disposent déjà. Cela fera l’objet de séminaires dont le premier se tient à partir du 26 mars 2009 dans le cadre de la campagne mondiale dénommée « People Ready  » ou « Peuple prêt ». Face à l’incertitude régnant sur les marchés économiques et le niveau très élevés de la concurrence, il s’agit, dit-on chez Microsoft  d’aider les entreprises à rester compétitives ; à avoir une plus grande mobilité et réactivité afin de mieux répondre aux défis de l’enjeu économique du moment. 

4 Réponses à “Microsoft investit « enfin » le chantier congolais”

  1. Job dit :

    Nous saluons l’arrivée de ce géant en espérant que, comme il l’a fait dans d’autres pays africains, il mette aussi sa puissance technologique et financière au service de la promotion des TIC en RDC

  2. Arsene Thama dit :

    Le Gouvernement de la RDC au nom de tous les congolais, devra donc saisir cette opportunite en facilitant le Country Lead Mr Manya YAV, qui non seulement est natif de ce pays mais apporte une expertise inconditionelle des TIC. Microsoft est deja represente en Cote d’ivoire et au Senegal, nous souhaitons donc rapidement voir une representation similaire en RDC pour la couverture de tous les pays du grand lac.

  3. placide dit :

    je salue votre arriver dans le monde des pas géant chez nous au congo kinshasa avec notre immence chantier

    bienvenue et bon courage

  4. Bombo dit :

    Le Congo, at-il besoin de Microsoft?

    Entre temps, ils existent des logiciels « code source libre » (ou « open source » en anglais) aussi bien, voir mieux que ceux de Microsoft: Ubuntu comme système d’operation, Open Office, Firefox et toute la gamme Mozilla, pour ne citer que quelques-uns. Contrairement aux produits Microsoft, ils sont gratuit et des bénévoles ont commencé la traduction dans beaucoup de langues, tel le lingála ou le kiswahili.

    Ou préféré-vous de payer des licences (en $) à une entreprise américaine et ainsi faire encore plus riche ses actionaires milliardaires?

Laisser un commentaire

 

blogbladi |
sofianelebossdu0120041995 |
LA GUILDE DES RIRES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Rachida & Houria Hammadi
| magali10
| boumerdes